Scénario et réalisation : Chris Carter

2016 - Américain - Fantastique, policier

Avec : David Duchovny, Gillian Anderson, Lauren Ambrose, Robbie Amell...

Résumé :

Au Texas, deux hommes se font exploser dans une galerie d'art. L'un survit. Il se trouve dans le coma. Mulder et Scully sont contactés par les agents Miller et Einstein pour enquêter sur ce cas. Ils pensent qu'on peut encore communiquer avec le survivant. Ils se rendent au Texas pour tenter une expérience sur l'esprit du terroriste.

Critique :

A ce stade de la saison 10 d’X-Files, c’est-à-dire à l’avant-dernier épisode, un regard sur ces 5 épisodes nous permet de saisir l’idée de Chris Carter : réaliser un pot-pourri d’X-Files en 6 épisodes. Ou comment rendre en 2015 ce qu’était X-Files dans les années 90. Et malheureusement, Chris Carter a décidé de ramener aussi ce qu’était X-Files dans le pire des cas. En effet, Babylon rejoint le rang des épisodes tels que First Person Shooter, Improbable, Fight Club… ces épisodes qui se voulaient comique sans y parvenir, et justement bien souvent écrits et/ou réalisés par Chris Carter, le George Lucas de la série télévisée (au concept génial, voué à le gâcher par sa main, ou à le céder à d'autres scénaristes et réalisateurs pour un meilleur résultat). 

vlcsnap-2016-02-22-00h01m21s100

vlcsnap-2016-02-22-00h03m33s145

Certes, quelques scènes fonctionnent dans Babylon. Il y a notamment le trip hallucinatoire de Mulder sous champignons, avec des caméos délirantes de Skinner, des Lone Gunmen, et de l’Homme à la cigarette. Parfois lourdingue, cette séquence a le mérite de virer soudainement à l'inquiétante étrangeté, se concluant sur un étrange radeau au bout duquel une piéta tient dans ses bras le terroriste au centre de l'enquête... Au-delà de ces quelques trouvailles, toutes les tentatives d’humour de l'épisode échouent lamentablement. Notamment celle du nouveau duo, deux jeunes enquêteurs du FBI copié-collé de Mulder et Scully à 20 ans, interprétés par Lauren Ambrose et Robbie Amell. Elle est rousse et sceptique, il est beau gosse et obsédé par l'ésotérisme. Le gag ne va pas plus loin. Tout au long de l’épisode, l’humour est forcé, sans saveur, indigne d’X-Files

Au comique raté s’adosse un scénario politique et philosophique, d’une lourdeur typique de Chris Carter. On reconnaît sa plume dans des dialogues indigestes de bon-sentiment et de ton moralisateur. Dans un mélange d’audace et de mauvais goût total, l’épisode nous raconte comment Mulder et Scully, suivis de leurs clones rajeunis, vont contacter par-delà son coma un terroriste islamiste pour éviter un futur attentat. Futur attentat déjoué donc, grâce aux champignons hallucinogènes consommés par Mulder… était-ce bien utile de produire un tel épisode quand on n’a que 6 coups d’essai pour ressusciter une série culte ?

vlcsnap-2016-02-22-00h02m41s140

Le tout alterne scènes burlesques et scènes extrêmement dramatiques (l’épisode débutant sur un attentat, avec explosion, et victimes en flammes). Probablement écrit sous l’effet d’un champignon hallucinogène consommé par Chris Carter, le résultat aurait pu être audacieux et expérimental, mais il s’avère être simplement un réel navet. Surtout quand il se voit mis en scène par des effets d’une laideur absolue, et un usage aberrant de musiques préexistantes d’une niaiserie absolue – Ho Hey des Lumineers, au passage également utilisée pour les publicités Nescafé… Une grosse tâche sur ce retour d’X-Files, qui aurait pu passer inaperçue dans les années 90 quand une saison rimait avec 25 épisodes. 

Note : 4/10

Nicolas Lincy, le 21/02/2016