Scénario et réalisation : Chris Carter

2016 - Américain - Fantastique, Policier

Avec : David Duchovny, Gillian Anderson, Mitch Pileggi, Joel McHale, Annet Mahendru...

Résumé :

Le producteur et présentateur de l'émission "The Truth Squad with Tad O'Malley" a la certitude et la preuve que le gouvernement cache des informations sur une vie extra-terrestre à la population américaine. Par l'intermédiaire de Walter Skinner, il contacte le Dr Dana Scully, désormais chirurgien dans un hôpital pour enfants malades, et Fox Mulder, retraité du FBI. À Washington, O'Malley reçoit les deux anciens agents. Mulder remarque que l'homme roule dans une voiture blindée. Il apparaîtrait qu'il cache une jeune femme, Sveta, qui aurait subit des enlèvements par des extra-terrestres. Dana lui fait subir des tests sanguins afin de savoir si elle a, comme elle le prétend, de l'ADN extra-terrestre dans le corps. O'Malley fait visiter à Mulder un entrepôt secret où le professeur Garner a réussi à recréer de toutes pièces un vaisseau extra-terrestre capable de voler à la verticale mais aussi de devenir invisible aux yeux des humains...

Critique :

Retrouver X-Files pour une saison 10 de 6 épisodes, en 2016, c’est à la fois alléchant et risqué. Tout le sel de la série venait de la récupération de légendes urbaines et de théories du complot underground, mises en scène dans des histoires fantastiques à grand spectacle. Aujourd’hui, les théories du complot font le quotidien de la presse internationale, et le monde a changé. La série s’est arrêtée en 2001, l’année des Twin Towers… événement que Chris Carter avait plus qu’étrangement « prédit » dans le spin-off d’X-Files, The Lone Gunmen. La saison 9 avait d’ailleurs failli s’arrêter dans le bureau ovale, avec un sosie de George W. Bush Jr : final qui restera alternatif, relégué aux bonus des DVD…Si la série était politique, elle ne l’était jamais trop, la fiction reprenait toujours le dessus. A l’époque, être complotiste était cool et avant-gardiste, mais qu’en est-il en 2016 ?

vlcsnap-2016-01-27-22h23m40s117

C’est à toutes ces questions, et bien d’autres, que Chris Carter à voulu répondre dans ce premier épisode. Et la première sensation, malheureuse, à la vision de My Struggle, c’est le trop plein. Les événements défilent à toute allure, à tel point qu’on a parfois l’impression d’assister à un teaser plutôt qu’à un véritable épisode. L’autre reproche majeur que l’on fera à ce premier épisode est d’ailleurs celui de la mise en scène. On regrette la perte de Kim Manners (mort en 2009), et ses travellings aériens et audacieux qui faisaient rêver Alain Resnais lui-même, à la vue de cette réalisation saccadée, approximative, signée Chris Carter. Si l’on retrouve pourtant au poste de chef opérateur Joel Ransome, qui avait signé la lumière de 25 épisodes de la série originale, le passage aux caméras numériques nuit énormément à l’esthétique de l’épisode. Et c’est très malheureux, puisque l’un des principaux attraits de la série dans les années 90 était sa mise en scène léchée, extrêmement cinématographique, et donc en avance sur les autres séries. On notera aussi quelques abus de CGI et de fonds verts, là où X-Files rimait avant avec trucages rusés et suggestion... Heureusement, la musique de Mark Snow, si particulière, fait le pont avec les épisodes de la « première » série. De même pour le générique d’intro, inchangé.

vlcsnap-2016-01-27-22h28m20s129

Néanmoins, on ne peut pas parler d’un démarrage totalement raté. La manière dont Chris Carter utilise les événements mondiaux de ces 15 dernières années, les nouvelles technologies et les enjeux politiques d’aujourd’hui, pour remettre à neuf le conspirationnisme de Mulder, est très intéressant. Bien sûr, il balaye encore d’un revers de manche ce qui a été construit dans les saisons précédentes : la conspiration ne serait qu’un leurre, l’utilisation de technologies extraterrestres par les gouvernements occidentaux pour mieux contrôler la population. La date de fin du monde de 2012, mentionnée dans le dernier épisode de la saison 9, devient celle de la mise en place d’un programme de contrôle du peuple par les élites à l’aide de ces technologies extraterrestres. Le tout à la suite d’années de faux enlèvements par des soucoupes, d’expériences menées sur les hommes et femmes kidnappées, etc.

 vlcsnap-2016-01-27-23h29m25s149

Si ce twist scénaristique peut déplaire aux fans purs et durs de la série, il a comme intérêt premier de s’inscrire dans le monde d’aujourd’hui, puisque cette intrigue colle parfaitement aux théories du complot en vogue sur internet - théorie d’un agenda secret mis en place par le gouvernement Bush, avec la mise en scène de faux attentats le 11 septembre pour contrôler la population. De plus, on retrouve avec plaisir ce va et vient permanent entre scepticisme et croyance : cette théorie est apportée par un nouveau personnage, Tad O’Malley, jeune blanc bec prétentieux dont on se demande rapidement s’il joue double jeu ou non. Ce pro de la conspiration, qui tire des millions de dollars de ses vidéos sur youtube, apporte une nouvelle enquête à Mulder et Scully, en leur faisant rencontrer Sveta, kidnappée à moult reprises par des soucoupes, et qui avait rencontrée Mulder dans sa jeunesse (référence aux premières saisons). On attend donc de voir, après ce premier épisode riche en informations, dans quel camp se situera la vérité (réponse probable dans l’épisode 6 My Struggle II).

vlcsnap-2016-01-27-22h26m59s77

Si les ressorts de l’intrigue fonctionnent bien, encore une fois, une impression de bâclage vient gâcher la fête. Au-delà de la mise en scène, mentionnée plus haut, la place laissée à nos deux personnages principaux et à leurs interprètes est un peu mince. Mulder et Scully semblent un peu absent, des personnages effacés, quand ils ne sont plus collègues. L’un des défauts de la série originale venait de l’absence de détails quant aux vies privées des deux personnages. Leur quotidien d’ex-enquêteurs du FBI semble factice, comme il l’était dans le film I Want To Believe, premier retour raté de la série au cinéma en 2008. On peut espérer que la reprise de leurs fonctions saura nous offrir à nouveau de plus beaux moments d’échanges dans les épisodes suivants, car pour le moment David Duchovny et Gillian Anderson semblent s’ennuyer légèrement. Leurs personnages semblent passifs. Encore une fois, c’est aussi la position de leurs personnages : obsédés par leur quête de vérité, ils ont toujours paru sans vie et frustrés en dehors du FBI. L’épisode laisse toutefois présager leur retour aux commandes du bureau des enquêtes classées, avec retour du décor mythique du sous-sol... dans une scène où les retrouvailles avec Walter Skinner, assistant directeur du FBI, s’avère elle aussi totalement bâclée ! Le retour de l’homme à la cigarette, machiavélique, est quant à lui bien plus dramatique...

En somme, sur tous les points, un épisode un dents-de-scie qui laisse mitigé, trop rythmé, misant trop sur le spectaculaire plutôt que sur le suspense et l’émotion, mais qui a le mérite d’ouvrir de nouvelles portes et de laisser rêveur pour les épisodes suivants.

Note : 6/10

Nicolas Lincy, 26/01/2016